Instagram

La Transhumance

Dans l’apiculture,  on peut utiliser l’abeille dans des buts différents : la production de gelée royale, de pollen, la pollinisation de cultures et d’arbres fruitiers, l’élevage et la sélection de reine pour d’autres apiculteurs ou la production de miel.

Pour ma part, après avoir travaillé dans des exploitations totalement différentes, je me suis spécialisé dans la production de miel ! Je trouve que c’est l’activité la  plus complète ; par ailleurs cela demande une grande connaissance des plantes et du sol,  mes premières passions !

En Rhône-Alpes nous avons l’avantage d’avoir des environnements très variés. C’est pourquoi en déplaçant les ruches de quelques dizaines de kilomètres, j’arrive à produire, selon les années, jusqu’à huit miels aux parfums différents !

Le choix de l’emplacement est très important : il faut d’abord qu‘il soit entouré d’une flore propice pour l’alimention de nos abeilles, accessible en véhicule, bien orienté en fonction du soleil et loin des risques de pollution…

Les transhumances ont lieu la nuit,  lorsque toutes les abeilles sont présentes dans la ruche. En ce qui concerne  les petites transhumances,  il m’arrive de partir le matin avant le lever  du soleil, mais généralement je procède le soir à la tombé de la nuit.

Les transhumances se font à la main. Avec l’aide de Pierre-Alain,  nous chargeons tout d’abord les ruches sur le pick-up et la remorque ; puis  il nous faut les « sangler » ; et enfin nous partons,  certaines fois, pour  de longues heures de route,  au milieu de la nuit. C’est souvent l’occasion de rencontrer toute la faune qui, comme nous, est active.

Parmi de multiples anecdotes,  je me rappelle d’un chargement de ruches sur le plateau d’Albion après récolte de la lavande : un sanglier femelle quasi domestiqué nous a accompagné tout le long du chargement !…

 

L'apiculture au fil des saisons