Instagram

Questions fréquentes

Miellerie du lac

Nous avons essayé de lister les principales questions qui nous ont été posées sur le miel, les différentes étapes de sa production et ses multiples utilisations.

Vous ne trouvez pas de réponse à vos questions? N'hésitez pas à nous contacter et nous nous ferons un plaisir de vous répondre.

Pourquoi le miel est-il dur ?

Le miel est composé principalement de 2 sucres simples : le fructose et le glucose.

Ils sont pratiquement à part égale mais la proportion diffère légèrement selon la fleur. Plus il y a de glucose présent plus le miel va cristalliser rapidement.

Le froid accélère également le processus.

Pour rendre un miel liquide ou le ramollir il existe différentes solutions : poser le pot sur un radiateur, derrière une fenêtre ensoleillée, ou le placer dans votre four à très faible température (par ex. four à l’arrêt après cuisson d’un aliment) ou encore le passer quelques minutes au bain-marie mais faites attention à ne pas trop chauffer votre miel pour ne pas le dégrader.

 

Y-a-t-il du sucre rajouté dans mon miel ?

Non.

Pour passer l‘hiver tranquillement sous nos latitudes nos abeilles ont besoin de réserves de miel correspondant à la moitié du volume qu’elles occupent, et doivent diminuer fortement leur population après la floraison de châtaignier (fin juillet). Le problème est que tout le mois d’août il n’y a pas de miellée dite bloquante (qui stoppe la ponte de la reine pour libérer de la place pour les provisions de miel) et que la population ne cesse d’augmenter et par conséquent elles mangent leurs réserves.

C’est pourquoi je transhume toute mes ruches sur la lavande qui est elle une miellée bloquante c’est a dire que la reine arrête de pondre et les abeilles fournissent les alvéoles du corps en miel. En septembre je pèse chacune de mes ruches et si besoin fait je procède à un appoint en sirop. Par ce circuit long et contraignant j’ai des ruches qui ont majoritairement des réserves en miel pour l’hiver ce qui est meilleur pour la santé de l’abeille.

Il est également possible en saison, généralement au Printemps, que nous ayons une succession de journées non propices à la récolte de miel par les abeilles. À cette période la population atteint son maximum et consomme plusieurs kilos de miel par jour !

Si elles arrivent à des réserves trop faibles et que la météo n’annonce pas d’amélioration j’interviens alors en distribuant tout au plus 1 kg de sirop/ruche qui est consommé dans la journée.

Personnellement, je fais  très attention à l’usage du sirop, pour en aucun cas altérer le miel destiné à la vente.

 

Mon miel est-il BIO ?

La signification AB correspond à une certification d’absence de produits chimiques dans la culture ou l’élevage ainsi que les intrants directs, mais en aucun cas signifie que celui-ci est établi de manière écologique.

J’ai pour ma part deux critères qui prêtent à discussion : le sirop et la lutte contre le varroa.

Pour le sirop comme vu précédemment j’en utilise de manière plus que raisonnée. J’utilise du sirop issu de betterave sucrière cultivé en France non homologué AB. Je pourrais utiliser du sucre issu de canne à sucre provenant d’Argentine certifié AB, mais je n’ai aucune confiance en cette certification, et je suis écologiquement contre l’importation de sucre de l’autre bout du monde alors que nous en produisons à seulement quelques centaines de kilomètres.

Quant au varroa, j’utilise le plus possible des moyens de lutte mécanique, comme la transhumance sur une miellée bloquante (lavande), combinée à une lutte à l’acide oxalique (autorisé en Agriculture Biologique). Pour certaines colonies restées sur place ou très infectées je ne m’interdis pas de traitement chimique homologué mais non AB. J’essaye chaque année de nouvelles techniques pour gagner en  efficacité, en temps d’action et pour tendre à une utilisation de produit chimique proche de zéro.

Comme vous pouvez le constater je suis très proche de demander la certification AB, il n’est pas impossible que dans le futur j’en fasse la demande mais pour l’instant je n’ y gagnerais aucun intérêt.

 

Quel miel soigne quels maux ?

Les miels que je produis, sont bons pour la santé, mais d’ici à vous dire lequel soigne tel ou tel mal, je ne sais pas. En vous documentant vous verrez que chacun y va de son argument pour dire tout et son contraire, donc je vous laisse juge-arbitre dans ce débat. Je peux simplement vous faire remarquer qu’un miel épais restera plus facilement à l’endroit où vous souhaitez l’appliquer.

 

Combien de temps mon miel se conserve-t-il ? 

Un miel bien extrait c’est à dire avec une humidité inferieure à 18% peut se conserver des années. Il n’est pas nécessaire de le mettre au frigo même après ouverture.

Pour une parfaite conservation de plusieurs années il est important de le conserver à l’abri de la lumière, à une température constante de 14/15ºC.

Une exposition fréquente à une température supérieure à 25ºC sur le long terme (1an)  n’est pas favorable.

Mais j’espère que vous n’attendrez pas plus d’1 an avant de revenir me voir !